ARTICLES

Pourquoi remplacer Flash par HTLM 5 ?
19 janvier 2017 0

Après 20 ans de bons et loyaux service, Flash Player s’éteindra lentement au fur et à mesure des évolutions des navigateurs. En effet Adobe, en Juillet 2015 a annoncé la migration progressive de Flash vers le HTML5, devenu LE standard en terme de présentation de contenus Web.

L’avènement de HTML 5

L’année 2017 commence donc avec une bonne résolution !

Supprimer flash de vos sites web et migrer vers HTML5.

Ce dernier prend en charge tous les contenus média, balises spécifiques. Il permet de prendre en compte des images, vidéos, animations ou musique. En outre, HTML5  est compatible avec tous les navigateurs plus simplement que Flash ne pouvait l’être. Ce sont les éditeurs de navigateurs qui se chargent d’instruire cette compatibilité avec plus ou moins de constance. Internet Explorer interprète par exemple le langage légèrement différemment de Chrome ou Firefox.

Evolution de HTML 5

Cette évolution du langage HTML5 regroupe nativement des fonctions qui nécessitaient auparavant d’aller chercher es compléments du type plugin Flash. De nouvelles balises « sémantiques » (header, footer, aside, nav , figure… ) permettent notamment de sectoriser plus facilement une page. En outre,  le HTML5 augmente l’expérience utilisateur . Il permet à des applications de tourner en mode offline (stockage de données puis synchronisation lorsque la connexion est établie). Le HTLM5 utilise le drag and drop (interface fonctionnelle permettant le glisser-déposer d’éléments) ou encore d’utiliser la géolocalisation.

Le trio HTML5, CSS3 et Javascript est donc le trio de technologie plébiscité par l’ensemble des développeurs web et agences de communication aujourd’hui.

Adobe, conscient de cette perte de part de marché a toutefois tenté de réagir en proposant une nouvelle plateforme de développement : Adobe Edge Animate CC . Elle n’aura cependant pas fait long feu, au bout de 2 ans d’exploitation les développements de la plateforme ont été arrêtés.

Une troisième solution, Adobe Muse CC a donc vu le jour pour le développement de site web responsive statiques (sans backoffice de gestion).

Dans notre article Source stratégique SEO de l’Inbound Marketing , nous avions mis en avant l’intérêt du content marketing vs les sites vitrines statique.

Les apports de Flash en son temps

Flash

Flash a été le plugin utilisé par de nombreux Web Designer pour apporter de l’animation sur les sites très fades de l’époque.

D’abord voué à faire bouger des objets dans un Player :

  • Au fur et à mesure des évolutions , il a permis de mixer des objets vectoriels, des images, des vidéos et des Flash widget. Il servait également à normaliser l’ensemble d’une interface sur la base de quelques composants.
  • Il s’est présenté d’abord comme un composant à télécharger avec un temps d’attente relatif selon la connexion réseau puis s’est flexibilisé en découpant les fichiers en modules permettant le Lazy Loading (Chargement souple ou chargement à la volée).

Le grand avantage de flash résidait dans la protection de l’œuvre original. Etant un langage compilé,  il était impossible sans les outils idoines de copier le code qui a été produit. Donc le site restait une œuvre infalsifiable.

Flash était devenu un standard lorsqu’il s’agissait  de mettre de l’animation et du dynamisme sur son site web.

Les inconvénients de Flash

Les inconvénients les plus notables étant :

  • L’installation préalable d’un plugin permettant l’exécution du fichier téléchargé sur le navigateur
  • Les interactions avec le système comme par exemple la manipulation de fichiers ou l’utilisation de l’imprimante.
  • La survenance régulière que ce plugin plante le navigateur pour une raison inconnue. La difficulté incombant à Adobe qui devait créer un plugin compatible tout OS / tout navigateur.
  • Le langage Flash étant compilé, les mots clés, s’ils n’étaient pas ajoutés dans la page hébergeant le composant flash, se trouvaient inaccessibles aux robots d’indexation. Les sites en flash passant dès lors en fin de liste faute de redondance et d’association de mots clés. Difficile aujourd’hui de concevoir un site non indexé par les moteurs de recherche et donc sans visibilité.
  • La difficulté associée aux customisations. Sans fichiers sources, il était, par exemple, difficile de modifier la charte graphique appliquée au site internet.
    • Développer en Flash nécessitait l’utilisation d’un Studio payant rendant l’accès à la technologie limité. Avoir recours à Flash nécessitait donc d’avoir des ressources internes en capacité d’apporter des modifications aux composants ou de recourir à des indépendants du secteur web avec des tarifs  élevés en termes de prestation.
  • Un web Analytics impossible à gérer à moins d’ajouter une batterie de paramètres dans l’Url de la landing page.
  •  

La fin de FLash. Vive HTLM 5 !

Enfin tous les grands éditeurs de navigateur  arrêtent, voir bloquent l’utilisation de flash sur leurs plateformes aux environs de fin 2016. Chrome, Mozilla, Safari et Microsoft s’étaient déjà positionnés. Microsoft a récemment enfoncé le clou en annonçant le blocage de flash sur son prochain navigateur Edge (voir  l’article). Les sites flash deviendront donc progressivement inutilisables.

Flash devenu obsolète, nécessite dès lors non pas une refonte mais une nouvelle création de site internet. Certes, la transition peut être difficile à appréhender. Cependant, un accompagnement tant sur la forme que sur le contenu peut vous être proposé pour bénéficier de solutions CMS performantes sur le marché.

Pour en savoir plus sur les solutions de refonte de votre site internet à mettre en place, prenons contact !

Ces articles pourraient aussi vous intéresser:

Tags:

Laisser un commentaire